La navigation est en développement. En fait, pas mal tout est en développement...
Index | Forum | Gaming | Buzz-É+ | Cinéma | Actualité | VidéoDump | ImageDump | Discord | Adultes

◀ Retour | Prochain (Peoplekind...) ▶

La Ville poursuivie pour une intervention policière violente



La famille d’un homme abattu par les policiers en juin dernier a déposé une poursuite civile contre la Ville de Montréal et a rendu publique une vidéo de l’intervention filmée par un témoin.

Deux proches de Pierre Coriolan réclament 50 000$ en dommages moraux chacun et 50 000$ en totalité pour les dommages punitifs.

«Cette poursuite vise à mettre en lumière les comportements hautement inadéquats des policiers, entre autres, envers les populations vulnérables», a indiqué Me Virginie Dufresne-Lemire, avocate qui représente des membres de la famille.

Le 27 juin dernier, les policiers du Service de police de la ville de Montréal (SVPM) ont été appelés à se rendre vers 19h dans un appartement à l’angle de l’avenue Robillard et de la rue Saint-André, dans l’arrondissement Ville-Marie à Montréal, car un homme y faisait du tapage.

En crise, M. Corolian, 58 ans, était armé de deux tournevis lorsque les policiers sont arrivés sur les lieux.

«À partir du moment où c’est filmé, on voit que déjà les policiers sont très proches de M. Corolian, ça crie, les policiers crient, M. Corolian crie, on ne comprend pas exactement ce qui se passe», a expliqué Me Virginie Dufresne-Lemire, en entrevue à TVA Nouvelles.

«On dit qu’une bonne communication entre les policiers et la personne est essentielle et doit être maintenue, or les policiers ont fait tout le contraire», a ajouté l’avocate, qui parle d’une intervention policière «d’une violence inouïe».

En un peu plus d’une minute, le pistolet à impulsions électriques, le pistolet à balles de plastique, les armes de service des policiers et un bâton télescopique ont été utilisés, une «force démesurée», selon la poursuite.

«Une fois que M. Corolian était à genoux, est-ce que c’était nécessaire de continuer à tirer? Une fois qu’il était par terre, est-ce que c’était nécessaire de continuer à le frapper?», se demande l’avocate de la famille du quinquagénaire.

Dans la vidéo rendue publique par la famille, on peut entendre un policier demander à M. Corolian s’il est «capable de prendre une autre shot» alors que celui-ci est à genoux.

«Cette violence s’inscrit dans le continuum habituel d’intervention qui entraîne trop souvent la mort de personnes vulnérables, noires et aux prises avec troubles de santé mentale», a indiqué la poursuite.

Le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI), chargé d’enquêter sur cet événement, n’a toujours pas dévoilé son rapport.

La famille de Pierre Coriolan a lancé une campagne de sociofinancement en lien avec la poursuite civile contre la Ville de Montréal.
Commentaires:
Inclure une image: